Rechercher
  • Ombeline Choupin

Qu’est ce qu’une charte éditoriale, de langage, un brand book ?

Réécriture d'article pour l'agence YouLoveWords (https://www.youlovewords.com/)



On parle volontiers de brand book, charte de langage, charte éditoriale et mood book : de quoi s’agit-il ? Qu’est-ce qui les différencie ? Voici un petit tour d’horizon de ces outils précieux.


La charte éditoriale : la Bible des rédacteurs


Lorsque vous souhaitez vous lancer dans l’écriture d’un blog, de contenus pour votre site Internet ou pour votre magazine Web ou print, vous devez immanquablement vous poser certaines questions avant même d’écrire votre première ligne. La charte éditoriale aide à y répondre et à établir un cadre de travail pour votre stratégie de contenu. C’est en cela qu’elle est indispensable.


Qu’est-ce qu’une charte éditoriale ?


Une charte éditoriale web est un document servant de référence à toutes vos rédactions futures, qui établit un cadre de rédaction auquel pourra se référer toute personne créant du contenu pour votre marque.


A quoi sert une charte éditoriale ?


Une charte éditoriale web a pour objectif de permettre à tout rédacteur, interne ou externe à votre projet, de rédiger au nom de votre marque. Elle servira de référence et vous permettra d’avoir des contenus homogènes.


De plus, sa constitution vous amènera à vous poser nombre de questions pertinentes sur votre marque et viendra donc lui donner plus de profondeur. Il serait dommage d’oublier cette étape trop souvent négligée car elle vous aidera dans la construction de votre identité de marque.


Que contient une charte éditoriale ?


Pour construire votre charte éditoriale, vous allez définir différentes notions.

Consultez notre article sur la création d’une charte éditoriale en 8 étapes.


Exemple pratique : ce template à remplir


De manière générale, toute création de charte éditoriale mène à se poser des questions, en utilisant la méthode QQOQCCP ; ou, en anglais : la méthode des 5W . Cet outil journalistique consiste à vous poser 5 questions essentielles pour cadrer votre sujet : ici, votre marque.


Voici une liste non exhaustive des questions qu’il faut se poser lors de la construction d’une charte éditoriale.


  • Pourquoi produisez-vous des contenus ?

Quels sont vos objectifs ? Pourquoi avez-vous choisi ce type de contenu en particulier ? Pourquoi envoyez-vous une newsletter ? Quels bénéfices souhaitez-vous que votre audience en tire ? De votre côté, quels bénéfices souhaitez-vous en tirer ?

  • Quelle est votre cible ?

A quelle audience écrivez-vous ? A qui sont destinés vos messages ? Pour cela, créez-vous un persona : un archétype de personne que vous imaginez appartenir à votre audience. Par exemple, on peut imaginer comme persona pour le média Vice : Alex, 29 ans, jeune actif curieux de la vie, urbain, sortant souvent, plutôt bien dans ses baskets mais critique sur son entourage et la société.

  • Quel ton employez-vous dans la rédaction de vos contenus web ?

Quelle tonalité souhaitez-vous donner à vos contenus ? Qui parle et comment ?

Tout contenu est porté par une voix. Cela peut être vous, si vous souhaitez vous mettre en avant, ou bien un auteur imaginaire. Imaginez cette personne qui parle dans vos contenus : à quoi ressemble-t-elle ? Est-ce plutôt une femme ou un homme ? Si c’est un animal, lequel est-elle ? A-t-elle une voix douce ou affirmée, autoritaire ou diplomate ? A-t-elle recours à l’humour ou est-elle scolaire ?


Si vous avez une fibre artistique, dessinez-la : cela sera d’autant plus facile pour vos futurs rédacteurs de l’imaginer parler (ou chanter, pourquoi pas !).

Votre charte de langage en découlera naturellement (voir plus bas).

  • Quand : votre fréquence de publication

Il est essentiel de déterminer une fréquence de publication pour vos contenus. Celle-ci viendra naturellement à la suite des questions que vous vous serez posées ci-dessus : elle dépendra directement de votre audience, de vos objectifs et du type de contenu que vous comptez mettre en avant. Une fois cette fréquence fixée, tenez-vous-y : plus une publication est régulière, plus elle crée inconsciemment de l’attente chez le lecteur. Si vous craignez de ne pas tenir un rythme élevé, pourquoi ne pas choisir de publier moins mais mieux ?

  • Comment : quels visuels allez-vous mettre en place et quelle structure allez-vous donner à vos contenus ?

Quelle est la part de texte de d’images dans vos articles ? Quel est le format de celles-ci et combien en publiez-vous par article ? N’utilisez-vous que des visuels produits par vous-mêmes ou utilisez-vous des sites d’images gratuites (Unsplash, Burst, Gratisography) ? Prenez le temps de bien choisir votre type de visuels en vous assurant à chaque fois que vous respectez le droit à l’image.


Sous quelle forme souhaitez-vous proposer vos contenus ? Celle-ci peut-elle varier et, si oui, quels formats vous autorisez-vous ? Quelle doit être la durée de lecture maximale de vos écrits ? Vos contenus doivent-ils être structurés en titres et sous-parties, et combien ? Avez-vous des contraintes de référencement SEO et, par conséquent, faut-il que vos contenus en suivent les règles ?


Retrouvez nos règles d’écriture pour un meilleur référencement SEO.


Vous ajouterez à cette liste de question non exhaustive autant de données essentielles à votre positionnement pour cadrer au maximum votre projet éditorial.


La charte de langage : le mode d’emploi des mots


Dans toute charte éditoriale, il doit y avoir une partie que l’on pourrait appeler « charte de langage », voire même « ligne éditoriale ». Une fois que vous avez défini vos sujets, il faut savoir comment en parler :

 – Quel ton employer ? – Comment vous adressez-vous à votre cible ? (tutoiement ? vouvoiement ?) – Quels mots proscrire ? – Quels termes privilégier ? – Quelle tournure de phrase éviter ? (interro-négative, exclamative, négative…) – Quelle tournure de phrase privilégier ? (positive, affirmative…) – Quel temps employer ? (présent ? futur ? conditionnel ?)


Pour la construire, faites un tableau : d’un côté, les adjectifs qui ressemblent à votre marque ; de l’autre, leur contrepartie qui n’y ressemble pas. Par exemple : ma marque est sympathique, mais elle n’est pas drôle ; ou : ma marque est combative, mais pas agressive. Ce tableau permettra à tout rédacteur de contenus de saisir rapidement le ton à adopter et les limites à ne pas dépasser.


Le brand book : la carte d’identité de la marque


Une marque, c’est bien plus qu’un nom. C’est une histoire, un univers, des personnalités qui la composent. Il est bien difficile de parler d’une marque en quelques phrases. Il est alors courant de réaliser un brand book , sorte de carte d’identité de la marque. Il référence plusieurs points :

– la charte graphique – les couleurs – l’histoire de la marque – le logo – les produits phares – les personnalités qui ont fait la marque – les termes employés ou au contraire, exclus – son expertise

– ses valeurs – ses pratiques vis-à-vis de ses clients, et ce qu’il ne faut pas faire

– enfin, tout ce qui peut servir à appréhender l’identité de marque.


Lorsqu’un nouveau collaborateur arrive dans une entreprise, il est essentiel de lui donner un brand book. Il pourra ainsi s’imprégner de l’univers de la marque et s’immerger plus facilement. Le brand book est aussi très utile à tous les salariés d’une entreprise. Du service marketing, au commercial en passant par la communication, il se révèle très important dans le briefing d’une agence !


Le mood board : la personnalité de votre marque


Un autre outil peut être utile à réaliser : le mood board ou mood book. Il permet de définir ce qu’est votre marque à l’aide d’éléments extérieurs. C’est un peu le portrait chinois de votre marque.


Au-delà de son utilité, sa constitution peut faire l’objet d’une séance de brainstorming originale avec vos collaborateurs ou les personnes qui vous conseillent. Que serait votre marque si elle était une couleur, une émotion, un personnage, un objet déco…? L’idée : compiler tout ce que vous aimez, qui vous a inspiré, et qui est en totale cohésion avec votre marque. Cela permettra à vos collaborateurs et aux agences de mieux cerner votre univers, vos aspirations, vos envies. Le mood book est très utile dans le cadre d’un repositionnement, d’un lancement produit, d’une nouvelle charte graphique… laissez voler votre imagination, puis structurez tous ces éléments en une image cohérente.


Consultez des exemples de moodboards sur notre blog du content marketing.


Maintenant que tout cela est plus clair, à vous de jouer !

0 vue

© 2018 by Ombeline Choupin. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now